AUBER SANS LA PEUR COMITÉ DE VIGILANCE D'AUBERVILLIERS
CONTRE LES EXPULSIONS DES FAMILLES ET ÉLÈVES SANS-PAPIERS
10 Ans
Beaucoup de familles d'Aubervilliers viennent d'ailleurs.
Les parents ont quitté leurs pays de naissance, chassés par la misère, les guerres, l'insécurité ou la violence d'état. Ils ont choisi de construire leur vie en France, malgré les difficultés qu'ils savaient y trouver.
Manifestation à Aubervilliers.
Des couples se sont formés, des enfants sont nés. Les nouveaux parents travaillent d'arrache-pied, pour que leurs enfants accèdent à une vie meilleure. L'école française en a fait  des enfants parfaitement francophones. Depuis des années les parents assiègent les services préfectoraux pour obtenir un titre de séjour et pouvoir enfin travailler légalement. Après le grand espoir de régularisation de l'été 2006, où plus de 80% des parents ont reçu un Arrêté de Reconduite à la Frontière, le durcissement des lois en 2007, les familles sont maintenant à la merci d'une arrestation d'un papa où d'une maman qui peuvent être placé en rétention, puis expulsé, sans même qu'un au revoir ne soit possible.
Fin 2010, une nouvelle loi sur l'immigration, c'est abattue sur nous. En cas de refus de séjour, les recours sont encore plus limités, en cas d'arrestation, la reconduite peut intervenir sans que le juge des libertés n'ait encore statué sur la légalité de l'arrestation. Une arrestation illégale peut donc conduire à l'expulsion, l'expulsé apprendra peut-être via son avocat que la procédure d'arrestation a été annulée par le juge, mais, sans droit au séjour, il lui sera impossible de revenir en France.
L'état a maintenant instauré le bannissement, il le nome IRTF "interdiction de retour sur le territoire". L'IRTF accompagne souvent l'obligation à quitter le territoire.
Il rend le retour impossible pour plusieurs années, si la personne reste en France, elle ne pourra tenter aucune démarche pendant ces années.
Cliquez sur les titres soulignés pour accéder aux pages
Qui sommes nous ?


Outils et documents Cliquez et téléchargez
pour les familles
et les soutiens

Cliquez iciLa Circulaire VALLS du 28 Novembre 2012
Nouveaux critères d'examen des dossiers
de demandes de séjour déposés en Préfecture.



Nos archives
Réunion Hebdomadaire du Comité tous les jeudi soir, à 18h30
au Foyer Ambroise CROIZAT
166 avenue Victor HUGO
93300 Aubervilliers.
 
  (merci de ne pas venir avec les enfants en bas âge)
Affiche du Comité disponible
en cliquant ici
Imprimez et Diffusez-la
à Aubervilliers.
Fermez
Aujourd'hui, des familles d'Aubervilliers vivent dans la peur:
Peur de voir un ami, un voisin, un camarade, une maman, un papa, un enfant majeur, mis en rétention par la police, et absorbé par la machine judiciaire et administrative d'ou il ne sortira au mieux que profondément traumatisé et au pire éloigné de tous ses proches, vers un pays ou il n'a plus d'attaches, et d'où il rencontrera les pires difficultés pour rejoindre sa famille en France.
Peur de voir une famille, ou la sienne propre, plongée brutalement dans la misère à cause de l'éloignement forcé du soutien de famille.
Peur d'avoir un jour à choisir entre abandonner ses enfants seuls en France, à la charge des institutions, ou décider de permettre qu'ils soient eux aussi mis en détention et expulsés.
Peur de la Police alors que l'on même une vie honnête depuis toujours.
Peur pour enfants quand les parents tardent à venir les chercher à l'école.
Peur des enseignants, de voir leurs élèves perdre leur équilibre psychique après l'arrestation du papa, de la maman ou des deux ensembles.
Angoisse dans les classes, quand tous les élèves s'identifient à leur camarade enfermé, ou privé brutalement de ses parents.
Peur pour l'enfant caché, par la famille, les soutiens, les enseignants, et traqué par la police qui tente de reconduire à la frontière la famille au complet.
Peur d'être mis en rétention et de tout perdre en quelques jours:
- son travail faute de pouvoir s'y présenter
- ses économies absorbées par les frais de justice
- son logement faute de pouvoir gagner l'argent du loyer
- tous ses biens acquis en France à l'exception des 20 kilos de bagages permis lors de la reconduite.
- l'intégrité de la cellule familiale, la vie en famille.
- le bonheur de voir grandir ses enfants, autrement que sur des photos.
Peur des convocations en Préfecture, ou l'arrestation est toujours possible.
Peur aussi de ne plus avoir de rendez-vous en Préfecture, ce qui veut dire que l'on est définitivement rejeté par l'administration qui ignore les demandes de titre de séjour.
Peur de rentrer malade de la Préfecture, après avoir attendu plusieurs heures debout sous la pluie, avant l'ouverture, puis d'autres heures, trempé, immobile, dans la salle d'attente.
Peur d'être refoulé du guichet,  sans en comprendre la raison, par un fonctionnaire mal disposé.
Peur d'ouvrir la boite au lettres, dans laquelle on trouve parfois une Obligation à quitter le territoire Français, lettre de cachet moderne, par laquelle le Préfet ordonne de son propre chef la reconduite à la frontière de l'un ou l'autre (ou de l'un sans les autres).
Peur des vacances scolaires pendant lesquelles les soutiens enseignants sont moins joignables. Nous redoutons toujours de découvrir des places vides dans les classes à chaque rentrée.
Pendant les vacances beaucoup de choses peuvent se passer sans témoins.
Peur de retomber brutalement dans la clandestinité faute d'un renouvellement d'un autorisation provisoire de séjour: Les familles dont l'arrêté de reconduite à la frontière, ou l'obligation à quitter le territoire, a été annulé par le juge du Tribunal administratif bénéficient d'autorisation provisoire de séjour dans l'attente d'un réexamen de situation par la Préfecture. Ces autorisations sont renouvelées de 3 mois en 3 mois jusqu'au jour où l'administration fait savoir que le droit au séjour est refusé, ne renouvelle plus l'autorisation de séjour et adresse une OQTF (Obligation à quitter le territoire). Les familles voient soudainement tous leurs espoirs s'évanouir et redeviennent du jour au lendemain une proie pour la Police. Retourner à la clandestinité, alors que l'on pensait en sortir enfin est particulièrement cruel pour ces familles qui se croyaient sauvées par un jugement d'annulation au tribunal Administratif, contre lequel la Préfecture n'avait pas fait appel.
L'administration préfectorale impose à ces familles de saisir de nouveau le Tribunal si elles en ont encore le courage et les moyens.
Peur et incompréhension dans les classes: Beau Message d'un Prof de Paris
Le comité vous invite à brancher vos hauts parleurs et à
cliquer sur le lecteur audio pour écouter

Cette interview a été réalisée le 4 avril 2007 par France Inter. Le Professeur est M Michel GIBOT Professeur des Sciences de l'ingénieur.
Des professeurs et leurs élèves du Lycée Voltaire à Paris s'étaient rendus à la Préfecture pour demander le réexamen de 10 dossiers d'élèves ayant reçu  un refus de séjour de la part du Préfet de Paris.
Reportage diffusé le 5 avril 2007 sur France Inter Émission CARTIER LIBRE.
Nous ne voulons plus vivre dans l'angoisse.
Aubervilliers,
sans la peur, est notre destination.
Sommaire cliquez ici Entrez en cliquant ici

Réunion Hebdomadaire du Comité tous les jeudi soir, à 18h30
au Foyer Ambroise CROIZAT
166 avenue Victor HUGO
93300 Aubervilliers.
 
  (merci de ne pas venir avec les enfants en bas âge)
Affiche du Comité disponible
en cliquant ici
Imprimez et Diffusez-la
à Aubervilliers.









Pour télécharger le Livre noir cliquez sur la Couverture
Le livre NOIR de l'accueil en Préfecture de BOBIGNY
Livre noir réalisé par les associations investies
dans la défense des étrangers et la lutte contre les discriminations dans le département de la Seine Saint-Denis :
Amoureux au ban public – ASTI 93 - Aubervilliers sans la peur - CDSP Montreuil - Cimade IdF –
Collectif de SP de Livry-Gargan – Collectif Michelet Bondy - Coordination 93 de lutte pour les SP -
Comede – Dom’Asile - GISTI – Ensemble vivre et travailler - Ligue des Droits de l’Homme 93 - MRAP
93 - Plate-forme des Associations Franco-Haïtiennes - RESF 93 - RUSF Paris VIII – Secours Catholique



ARCHIVES
Cliquez sur les titres pour accéder aux pages
Les parents, les élèves capturés:
Les pétitions pour changer la France Manifeste pour la liberté des migrants
et de ceux qui les aident           Signez-le ici!
Les audiences au Tribunal

La circulaire Sarkozy
du 13 juin 2006



Notre adresse postale: Comité de Vigilance d'Aubervilliers
contre l'Expulsion des Familles et Elèves Sans Papiers
7 rue du Dr Pesqué Bureau Vie Associative 93300 Aubervilliers

Contact Mail
Retour en haut de la page Retour en haut de Page

Mentions Légales

Valid HTML 4.01 Transitional

aubert sans la peur